RELATION CPAM-IDEL

Ceci est mon histoire. Une banale histoire d'une infirmière libérale qui aime tant son métier, tant ses patients. Une histoire banale et pourtant, la suite l'est beaucoup moins.

Je travaille depuis 2007. Je soigne, j'écoute, je rassure, je console, je stimule, j'encourage, je ris avec mes patients, je pleure aussi avec eux, je les accompagne jusqu'au bout pour ceux qui le souhaite et meurt dans mes bras comme cette patiente que j'aimais tant, à qui j'avais promis d'être là ce jour fatidique!

La vie banale d'une infirmière libérale, mais il n'y a que nous, infirmières libérales pour le savoir! Jusqu'au jour où tout à basculer...

Une patiente et son mari que je prenais en charge depuis 7 ans, presque 8. Elle parce que démente, présentant des hallucinations, des crises d'angoise, grabataire et son mari, âgé, insuffisant cardiaque qui viellissant, n'étais plus à même de faire ses propres soins! Jusqu'au jour où ma collègue et moi prenons la décision d'arrêter les soins, suite à des comportements et des propos très déplacés du mari. Et bien qu'en respectant les règles de cessation de soins, le mari n'ayant pas accepter notre départ a commencé à nous harceler ma collègue et moi, allant jusqu'aux menaces de mort!

C'est ainsi que 6 mois plus tard, nos recevons chacune une notification d'indu de 18000 euros pour moi et 13000 pour ma collègue sur dénonciation! Dénonciation de quoi? Sur la base de quoi? Dénonciation calomnieuse, mensongère et diffamatoire, oui! D'autant que le mari précise bien qu'il ne nous reproche absolument rien aux niveau des soins! Je n'ai eu la réponse que bien plus tard! "Amélie, vous ne m'avez pas dit au revoir!", voila le coeur du problème!!! Mais le plus drole, c'est que nous ignorons ce qu'il a bien pu raconter à la CPAM, pour déclencher un tel contrôle! Qu'avons-nous fait de mal? J'ai omis de dire au revoir, voilà, belle revanche de sa part!

Je découvre les griefs qui me sont reprochés par la CPAM sur un tableau XL totalement illisible! Et là, à tomber! On me réclame des indus déjà réglés 18 mois auparavant! De facturer les dimanches travaillés alors que nous avons obligation d'assurer la continuité des soins 7 jours sur 7... Des choses abérrantes! Mais le pire, c'est que la CPAM refuse de reconnaitre leurs propres erreurs! Oui, parce qu'ils n'en font jamais! C'est la toute puissance dans la destruction des infirmières libérales! Ils se disent, si ça se trouve, cette cruche aura tellement peur qu'elle va nous payer sans broncher! Ils croient la dénonciation d'un être narcissique et abject, un être qui nous a menacé de mort, plutôt que de mettre en valeur notre travail! J'ose à peine imaginer à qu'elle sauce j'aurais été mangé si je m'étais permise un jour de manquer de respect à cet homme! Aujourd'hui, je dois combattre la CPAM, parce que je n'ai commis comme simple erreur que celle de n'avoir pas dis au revoir à un patient!!!

Qui pourrait croire cette histoire? C'est un conte à coucher dehors! Alors aujourd'hui, je risque la garde à vue, je risque de faire de la prison parce que j'ai omis de dire au revoir? Voila ce que croit la CPAM! Mais nos nuits blanches, nos angoissens vécues parce que nous avons vécu une véritable calvaire ma collègue et moi, tout le monde s'en fout, c'est bien cela? Mes 14 jours d'arrêts de travail pour dépression, tout le monde s'en tape? Ma collègue a manqué d'être hospitalisée parce que trop harcelées? Apparemment et notre histoire en est la preuve, la CPAM reste du coté des menteurs, du coté de ceux qui menacent, car cela rapporte plus qu'une infirmière libérale qui pille les caisses de l'Etat simplement parce qu'elle travaille! Aujourd'hui, je suis une fraudeuse, une escroqueuse? Et mal polie en plus, j'oublie de dire au revoir!!!

J'ignore à quelle sauce je vais être mangée mais jamais je ne baisserai le regard, jamais, je ne poserai un genou à terre! J'aurais du accepter le comportement déplacé de cet homme, et subir jour après jour et me taire, et aujourd'hui, je serais certainement à l'abri d'un contrôle!!! Quelle belle aubaine pour la CPAM, du pain béni mais ils ne m'auront pas, au contraire, ils ne font que renforcer ce que je sais déjà, je me connais, je connais mes valeurs, je suis infirmière, je suis une soignante, et personne n'a le droit de me salir! Moi qui ai toujours été si rigoureuse dans mon travail, moi qui aujourd'hui doit me justifier! Qu'ai-je donc fais de si mal???

Voila mon histoire, une histoire dont tout le monde se fout parce que la CPAM me condamne avant même d'être jugée! Voila notre système de santé aujourd'hui en France. Voilà ce qu'on fait subir aux infirmières libérales parce que je ne suis pas la seules, nous sommes des milliers dans ce cas et ce dans l'indifférence générale! ils n'ont aucun problème de conscience, comme je plains ces ignorants! Ils se permettent de juger d'un point de vue comptable notre profession, profession dont le coeur est notre humanité, notre humanisme, notre empathie, dont-ils ignorent tout! Ils ne distinguent même pas le bien du mal! J'ai honte pour eux! Ils ne l'emporteront pas. Je lutterai pour moi et aussi pour celles et ceux qu'ils continuent de broyer tous les jours...

Merci de m'avoir lu